Catégorie mère de Vincent Ravalec Vincent Ravalec roman et biographie de l'auteur Vincent Ravalec est un écrivain, réalisateur et scénariste français né le 1er avril 1962 à Paris. Vincent Ravalec a écrit plusieurs romans magnifiques, dont Cantique de la Racaille qui devrait être un bon livre de chevet pour tout les partisans de tout-répressif, pour peu qu'ils se mettent à réfléchir un peu (ce qui n'est pas pour demain). Les personnages de Ravalec sont toujours à la frange, à la limite, situés dans une vision moderne de ce qui pouvait être dans la littérature du début du siècle le monde des mauvais garçons, ou dans le cinéma de l'après-guerre le milieu et ses faubourgs interlopes. Avec Ravalec par contre, il n'y a pas de séparation nette entre ce monde là et le monde du lecteur ; on n'a pas vraiment l'impression d'assister à un spectacle, ni à la mise en scène d'une caricature d'une société qui nous est étrangère. Peut-être est-ce un effet de la contemporanité (?) de l'auteur, peut être les spectateurs de cinéma des années 50 avaient-ils le même sentiment avec les films de Gabin. En tout état de cause, on prend souvent les péripéties des personnages de Ravalec en pleine gueule, avec un petit rappel amer à l'injustice à laquelle nous nous habituons faute de vouloir vraiment nous y opposer.
Au delà de sa peinture sociale contondante (c'est le mot), Ravalec s'envole parfois dans un lyrisme mystique qui renforce le terrible pessimisme, la vacuité ou la cruauté de la vie de ses personnages. C'est l'articulation principale de Wendy, où l'héroïne éponyme, filleule de prostituée, orpheline, est une sorte de Bernadette Soubirous punk. Cette tendance au mysticisme, Ravalec la laisse libre dans Nostalgie de la Magie Noire, ce qui confère à ce récit de fin de monde une force prodigieuse, mais en brouille parfois (souvent) la lecture. La première partie du roman, l'agonie de Paris, est splendide. La seconde, l'errance du personnage principal dans un monde mad-maxien est plus quelconque. On serait presque tenté de dire que Ravalec en a eu assez de son roman au milieu de la rédaction.

Nostalgie de la magie noire
Nostalgie de la magie noire de Vincent RavalecUn roman etrange qui est tres facile et agréable a lire.. cependant je n'ai pas du tout compris la fin. Decouvrez se roman qui conte la fin du monde ou la fin de notre monde. Une apocalypse qui destructure lentement notre société pour finir dans les pires visions d'horreurs.

Un pauvre gars essaye de survivre à l’Apocalypse alors que lui même n’est pas croyant.

Bon je sais que c’est un peu court comme résumé mais c’est ça... un gars qui se retrouve dans un Paris en plein déluge et qui essaie quand même d’avoir une vie la plus normale possible, arnaquer des petits vieux, avec toutefois un Léviathan sous la Tour Eiffel, des licornes qui traversent hors des passages piétons, les morts qui reviennent achever les vivants. On se retrouve après dans un Chambord hallucinant avec des deumeurés irradiés jusqu’au cerveau, des amazones moches et assoiffées de sexe, un pauvre mec persuadé d’être le Nouveau Roi, de la soit disant magie noire, des Dieux formats miniatures qui viennent raconter des conneries, des sorcières etc... Tout ça pour dire que c’est un rythme quand même assez soutenu ça s’arrète jamais, on suit le narrateur dans ses déboires et les grandes questions existentielles qu’il se pose à savoir : c’est quoi ce délire ? Son gamin est il Jésus ? Est il en train de devenir taré dans un asile ? Est il le nouveau messie ? Et chaque question trouve sa réponse quelques pages plus loin, ce qui a pour avantage de pas s’emmerder.

Bref tout ça pour dire que c’est un bon bouquin, des fois pathétiques des fois marrant et assez surprenant.

Vincent Ravalec est né en 1962, auteur de recueils de nouvelles et de plusieurs romans.

Dès la parution de son premier texte Un pur moment de rock'n roll, il connait un succès d'estime il a connu le succès dès Cantique de la racaille, prix de Flore 1995, qu'il a lui-même adapté et réalisé au cinéma.

En deux ans, il a réalisé six films, parmi lesquels le controversé Portrait des hommes qui se branlent, qui a remporté le Prix de la recherche au Festival de Clermont-Ferrand. Pour Joséphine et les Gitans, il s'est inspiré d'une histoire vraie.

Écrivain discuté, il a publié entre autres : Cantique de la racaille ( 1994), Vol de sucettes (1995), Recel de bâtons (1996), La vie moderne (1996), Nostalgie de la magie noire (1997), L' Effacement progressif des consignes de sécurité (2001).

Auteur de nombreux recueils de nouvelles et romans best-seller, Vincent Ravalec publie en janvier 2004 Wendy 2 (Flammarion) et Nouvelles du monde entier (Le Seuil) ainsi qu'un livre illustré par le reporter-photographe Laurent Sazy, Ngenza, cérémonie de la connaissance(Presses de la Renaissance), qui retrace de façon poétique la cérémonie à l'initiation de l'Iboga.
Yopla section services Recherche